Quelques cas

Demandez une lecture de vie

Juliette H. a été la favorite du Duc d'York à la cour du Roi George III en Angleterre au XVIIIe siècle. Bien entendu, elle était très jalousée par les autres dames et aussi - surtout - par l'épouse du Duc. Elle finit par être empoisonnée. Dans cette vie elle se méfie des femmes trop intrigantes et est végétarienne : le poison se trouvait ... dans un morceau de viande

 

Emmanuelle B., une jeune fille de 16 ans (homosexuelle – cela a de l’importance, vous allez voir !) à qui il a été dit " qu’elle était un homme à la cour de Suède à la fin du 18e siècle et qu’elle avait tué le roi pour l’amour de la reine ". Recherches faites le roi Gustav IV a bien été assassiné par Ankerstroëm, qui fut bien sûr exécuté. Il s’avère que ce fait est bien connu dans l’histoire de Suède (un peu comme Henri IV et Ravaillac, pour nous) et qu’il a agi pour sa reine.

Donc de cette histoire, le premier enseignement à tirer, c’est qu’on peut très bien être une femme dans une vie et un homme dans une autre. Ce qui peut donner des tendances sexuelles, qui choquent certains, mais qui sont des rémanences d’une vie passée. Peut être aussi à cause d’une fin de vie soudaine et violente qui entraîne une persistance d’une personnalité passée…

 

 

Stéphane M., a été drapier à Pont-Audemer dans les années 1793, et comme il était en relation avec Barras, il a travaillé comme fournisseur des Armées Napoléoniennes. Il est mort dans la misère après l'industrialisation du textile.

Il garde aujourd'hui une profonde admiration pour Napoléon 1er et il a "ramené" un sens aigu de l'économie lié à la peur de manquer.

Tous les faits de cette vie ont été vérifiés (et retrouvés) par un historien spécialiste de l'Empire.

 

 

Toujours Stéphane, avant la naissance de son fils il me demanda la dernière incarnation de son enfant à venir. Il était, pendant l'exode de 1940, une jeune femme qui fuyait vers la zone libre et qui fut tuée par des bombardement sur les routes. Cet enfant, nous a-t-on dit, ne supporterait pas le bruit, et effectivement depuis qu'il est bébé, le moindre bruit le fait hurler.

 

 

Julie A. a d'abord vécu au XVIIIe siècle où, pauvre orpheline,   elle avait été obligée d'épouser un vieillard qu'elle tenta d'empoisonner. Réincarnée dans les années 1820, elle a retrouvé  son vieux mari incarné cette fois comme son fils qui mourut de la fièvre typhoïde.

 

 

Christophe M. vivait au début du XVIIIe siècle et sa famille, qui tenait à respecter la tradition, l'obligea à être militaire. Il se fit tué volontairement à Fontenoy, tout en sauvant la vie d'un autre soldat.

Il en a gardé une sainte horreur de l'Armée, de l'autorité et de la hiérarchie, mais aussi une légère tendance suicidaire.

 

Samsara - accueil1  Précédente

channel@samsara-fr.com